Artiste Contemporain

Regards Croisés

Galerie GAG
32 Rue Fondaudège, 33000 Bordeaux
Première séquence - Les Peintures

Du 16 septembre jusqu’au 6 octobre 2023

Seconde séquence - Les Dessins

Du 28 octobre jusqu’au 18 novembre 2023

Nous avons le grand plaisir de vous inviter à deux rencontres avec l’artiste Bernard Privat à l’occasion de son retour en galerie à Bordeaux ! Deux journées pour prendre le temps de la découverte et s’immerger dans l’univers des œuvres des deux séquences de l’exposition, en présence du peintre et dessinateur.

 

VERNISSAGES

le samedi 16 septembre 2023 de 14h à 20h
le samedi 28 octobre 2023 de 14h à 20h

Galerie Guyenne Art Gascogne
05 57 83 49 63 /  www.galeriegag.fr

Hommage en gris Technique mixte sur toile 81x65 cm - 1993
Hommage en gris Technique mixte sur toile 81x65 cm - 1993
Carton d'invitation de l'exposition: Regards Croisés, les peintures

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

REGARDS CROISÉS – deux expositions

 

Exposition du 16 septembre au 18 novembre 2023
1°  Première séquence : les peintures – du 16 septembre au 6 octobre 2023
2°  Second séquence : les dessins – du 28 octobre au 18 novembre 2023

 

 

Dès ses 15 ans, Bernard Privat est accompagné par Jean-Claude Lassère à l’école préparatoire de Caudéran pour développer les méthodes et les théories qui l’aideront par la suite à obtenir le diplôme de l’école des Beaux-Arts de Bordeaux.

 

Il y est poussé à nourrir tous les jours son imagination afin d’enrichir les strates de la curiosité, au travers du cinéma, de la musique, de la lecture. Cette richesse et cette liberté l’aideront à faire face à l’académisme des Beaux-Arts qu’il intègre en 1965, jusqu’à la libération créative de 1968 où tous les codes s’envolent.

 

À la sortie de l’école, Bernard Privat ouvre plusieurs ateliers dans le centre de Bordeaux avant de trouver l’atelier de ses rêves à Bègles, où il réside actuellement.

 

Il s’absente volontairement de la scène picturale de Bordeaux de 1996 à 2006 pour se dédier à d’autres territoires.

 

Cette exposition de forme presque rétrospective prend donc tout son intérêt d’événement exceptionnel pour Bernard Privat qui n’a pas exposé son travail dans sa ville d’origine depuis 2008.

 

Besogneux et d’une imagination débordante, l’artiste se sert de ce terreau pour créer d’une manière totalement instinctive, en conservant une matière intacte : celle du plaisir.

 

Le plaisir guide en effet son besoin créatif et l’a mené vers différentes formes d’expression.

 

Il développe durant des années une peinture matiériste, sans toucher à la figuration. Il écorche le bois, insérant parfois des symboles, qui le guident progressivement vers la figure humaine.

 

C’est ainsi que naissent les « parcelles historiées », peintures que nous retrouveront dans la première séquence de cette exposition.

 

Un soir, son ami Bernard Ouvrard se concentre sur la vision des personnages de ces compositions.

Bernard Privat commence à se dédier à la figure à partir de 1989. C’est la période des mégaformes. Les peintures en plan américain ou portrait arrivent en suivant, et ce, jusqu’en 2018.

 

C’est là que se pose le point final de son activité de peinture, le moment où il décide de se dédier au dessin et à la gravure, dans lesquels il retrouve une liberté totale et ressent l’authenticité de sa démarche face à cette porte ouverte.

 

L’exposition de Georges BRU qu’il découvre à Bordeaux en 1969 lui fait l’effet d’une révélation, dont nous voyons la trace dans ses dessins jusqu’à aujourd’hui.

 

La seconde séquence de l’exposition se dédiera à cette dernière période, avec la présentation de dessins inédits datés de 1992 à 2022. L’humain reste le sujet principal de ces dessins, la plupart du temps à l’encre de Chine et en noir et blanc.

 

Ces œuvres dans l’air du temps expriment la force du regard, des êtres et des sentiments, l’angoisse de personnages tourmentés que nous pouvons croiser dans la rue. Dans son univers poétique et sensible, l’artiste s’appropriew les tatouages des gens qu’il rencontre et s’en inspire pour insérer des impressions dans les cheveux de ses personnages.

 

L’oiseau se retrouve aussi dans ses compositions, comme symbole de l’exemption de la contrainte.

 

Lors de cette exposition, Bernard Privat souhaiterait vous arrêter un moment devant ses œuvres. Que vous puissiez prendre le temps du regard, de ressentir l’émotion de ses personnages, leurs yeux sur vous, leur sensibilité, leur liberté, afin de vous en transmettre quelques instants ces précieux sentiments.

Galerie Guyenne Art Gascogne